Sélectionner une page

On ne peut nier que les boutiques en ligne sont devenues une grande partie de notre vie quotidienne. Personnellement, je fais mes courses uniquement dans les grandes surfaces et je fais du shopping en ligne pour tout le reste et d’ici 2021, il y aura environ 2,1 milliards d’utilisateurs dans le monde entier qui feront pareil. Avec ce genre de chiffres, on peut penser qu’il y a beaucoup de magasins en ligne. Et bien, oui ! La concurrence est féroce et avec tant d’entreprises et de fournisseurs de services concurrents, les avantages aux consommateurs sont ce qui va les démarquer. Il s’agit d’un de ces avantages dont je vais vous parler aujourd’hui.

Il y a dix ans, la mise en place d’une boutique en ligne était beaucoup plus difficile qu’elle ne l’est aujourd’hui. Il fallait soit construire une plateforme à partir de zéro, soit implémenter une solution auto-hébergée comme Magento, X-cart ou Prestashop. Après cela, il fallait gérer le serveur, supprimer les logs, créer des sauvegardes et toujours être à l’affût de la prochaine vague d’utilisateurs qui fera planter votre site en quelques minutes.

Les choses ont beaucoup changé depuis cette époque et maintenant il y a de meilleures plates-formes auto-hébergées, un meilleur et plus grand hébergement, et même des fournisseurs d’E-commerce SaaS comme Shopify ou ZentoShop qui permettent de démarrer beaucoup plus rapidement.

Il y a d’énormes différences entre un service auto hébergé et un SaaS (logiciel-service). D’une part, avec les solutions hébergées, vous pouvez l’éditer et l’adapter à votre produit et service. C’est en grande partie la raison pour laquelle n’importe qui qui s’y connait avec la technologie d’aujourd’hui peut opter pour un magasin auto-hébergé, mais ce n’est pas une partie de plaisir.

Quand on examine une plateforme de commerce électronique, on se rend compte qu’elle a beaucoup de dépendances et d’exigences en matière d’hébergement dont il faut tenir compte. Et alors que la plate-forme elle-même peut être bon marché, on finit par payer des milliers d’euros en frais d’hébergement et d’installation, en plus de payer une agence ou un développeur pour faire les mises à jour et les changements nécessaires au magasin. Et ce n’est pas tout. Au cours d’une année, il faudra faire plusieurs mises à jour des plugins et de la plateforme et il faudra les faire car elles sont vitales pour la sécurité du site Web.

Avec le logiciel en tant que service (SaaS, de l’anglais software as a service), les choses sont plus faciles. On peut avoir une boutique en ligne très rapidement et presque sans coût initial, mais il faut payer des frais mensuels. Les plugins sont difficiles à trouver et la personnalisation est difficile, mais le plus gros inconvénient est le problème de mise à l’échelle. La plupart des fournisseurs peuvent augmenter vos frais mensuels si vous avez besoin de supporter plus d’utilisateurs, mais de manière très limitée.

Pourtant, avec toutes les options disponibles, la plupart des propriétaires de boutiques en ligne ont encore des difficultés à faire passer leur boutique au niveau supérieur, car sans l’infrastructure adéquate pour soutenir leur boutique, leur boutique s’effondrera à la moindre augmentation du trafic.

Ce n’est toujours pas assez !

L’infrastructure qui soutient les boutiques est l’une des choses les plus importantes à considérer lors du lancement de votre magasin. C’est très délicat de s’assurer que le serveur n’aura pas de temps hors-ligne et beaucoup de bricolage sera nécessaire à l’optimisation de votre serveur pour qu’il supporte un assaut des utilisateurs lors de votre prochaine vente flash.

Voici l’histoire de Zalora, l’un des plus grands magasins de mode en Asie qui emploie environ 1500 personnes avec une base d’utilisateurs de plus de 20 millions d’utilisateurs.

Ils ont un énoncé de mission assez sympathique : « La mode à la demande, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à votre porte ». Mais qu’est-ce que cela signifie exactement d’un point de vue technique ?

Ils ont un certain nombre de points de vente numériques. Une boutique en ligne et les applications mobiles pour iOS et Android. Ces applications et le magasin doivent être en communication constante avec eux-mêmes et avec l’entrepôt pour s’assurer que toutes les commandes sont enregistrées et que le stock est mis à jour. Cela nécessite un serveur capable de traiter des milliers de requêtes simultanées, et si vous avez eu la malchance de faire partie d’une équipe qui a développé un tel service, vous saurez que la mise à l’échelle n’est ni facile ni bon marché.

AWS, le sauveur

Zalora a connu une croissance d’année en année d’environ 100 % au cours des trois premières années et a dû toujours rechercher un meilleur hébergement et un temps de chargement plus rapide. Les déploiements prenaient trop de temps et ils ont donc décidé de déplacer toute leur opération vers le cloud.

Ils voulaient profiter de l’élan qu’ils avaient et avoir un magasin hébergé sur des serveurs traditionnels aurait exigé un effort de proportions bibliques.

« Nous avons dépassé ce que le monde des serveurs nous a offert et c’était le bon moment pour nous de passer à un fournisseur comme AWS » – Karthik Subramanian, CTO chez Zalora.

Au cours des 20 derniers mois, Zalora n’a pas dépensé un centime sur les serveurs, exécutant tout via AWS. Ils utilisent EC2, Redshift, S3 et Lambda ensemble pour gérer avec succès tous les aspects de leurs affaires, que ce soit les magasins, l’entrepôt ou l’automatisation du marketing. Ils ont réussi à réduire leur équipe de développement à 3 personnes, ce qui est incroyable pour une entreprise de cette envergure !

Le passage au cloud vous donnera non seulement un avantage concurrentiel en termes de fonctionnalité et de vitesse de chargement, ce qui est un gros avantage pour le client final, mais vous permettra également de réduire les coûts. Il existe un calculateur de prix AWS qui vous aidera à déterminer le coût du passage d’un serveur traditionnel à Lambda (le même service que Zalora utilise pour gérer ses micro services) et qui vous permettra de mieux comprendre les coûts impliqués.

Maintenant, bien qu’une architecture sans serveur soit un outil formidable, il y a quelques problèmes avec la migration qu’il faut aborder. La technologie est ancienne mais c’est nouveau pour la plupart des développeurs car c’est uniquement depuis quelques années que des services comme AWS Lambda ou Microsoft Azure ont évolué à un point où ils peuvent offrir leurs services à un prix abordable. La performance d’AWS Lambda doit encore être surveillée à l’aide d’une application tierce pour obtenir des rapports et des alertes d’erreur appropriés. La communauté sans serveur est encore petite (mais elle grandit à un rythme rapide) et avant qu’elle ne soit mondialement acceptée, tous les développeurs devront y être sensibilisés.

Heureusement, il y a des gens qui sont à la tête de cette entreprise et je vous invite à suivre et à soutenir leurs efforts. Vous pouvez voir une liste de certains des influenceurs sans serveur les plus importants ici. Pour ma part, j’ai hâte de voir ce que les prochaines années nous réservent en tant que développeur et bien que je sois pleinement conscient que les serveurs traditionnels ne vont pas disparaitre de sitôt, je m’attends à ce que nous utilisions de plus en plus la technologie sans serveur.