Sélectionner une page

Amazon Go n’a pas besoin de caissiers. Et c’est cette technologie qui le permet.

Malgré sa forte domination sur le Web, Amazon n’est pas étranger aux magasins physiques. En 2015, l’entreprise a ouvert une librairie à Seattle et a promis d’en ouvrir 400 autres dans les années à venir.

Seattle, où se trouve actuellement le siège social d’Amazon, est également le terrain d’essai de sa première épicerie physique (si l’on exclut les magasins Whole Foods qu’elle a achetés l’an dernier). Le 22 janvier, Amazon Go ouvrira ses portes.

À bien des égards, le magasin est similaire à n’importe quelle autre épicerie. Il y a des sandwichs emballés, des plats cuisinés et de l’alcool répartis sur les 168 mètres carrés de surface du magasin. Mais contrairement à d’autres magasins, il n’y a pas de caisses ou de caissiers humains.

Au lieu d’avoir à faire la queue aux caisses, les comptes Amazon des clients sont automatiquement facturés en fonction des articles qu’ils emportent en quittant le magasin. Tout ce que vous avez à faire est de télécharger l’application Amazon Go avant d’entrer.

Amazon se vante d’avoir « créé la technologie d’achat la plus avancée au monde » pour permettre au système de fonctionner. C’est ce qu’on appelle la technologie « Just Walk Out » et apparemment le système fonctionne de la même façon que dans les voitures autonomes.

Pour supprimer les caissiers humains, Amazon a créé un magasin capable d’exercer une surveillance de haut niveau sur les personnes qui s’y trouvent. Le New York Times rapporte que des centaines de caméras sont placées autour du magasin. Elles sont sur les étagères et au-dessus des allées, mais selon TechCrunch, elles n’utilisent pas la technologie de reconnaissance faciale.

Au lieu de cela, les caméras utilisent la vision par ordinateur, le procédé qui permet aux machines de « voir » ce qui se trouve devant elles et de déterminer ce qu’est un objet, pour détecter quand un article a été retiré d’une étagère par un client et qui l’a pris. Le système est également capable de retirer un article du panier virtuel d’un client s’il est reposé sur les étagères. En utilisant ce réseau de caméras, Amazon est capable de suivre les gens dans le magasin à tout moment, en s’assurant qu’il facture les bons articles au bon acheteur lorsqu’ils sortent, sans avoir à utiliser la reconnaissance faciale.

Le fondement de la vision par ordinateur est l’apprentissage profond. D’une façon simple à expliquer, le système est essentiellement un système avancé de reconnaissance de formes et permet aux machines de tirer des conclusions à partir d’un vaste ensemble de données.

Comme Recode l’a déjà signalé, il y a des employés humains qui travaillent derrière les écrans du magasin Go pour aider à former les algorithmes et confirmer quand ils ont correctement identifié un produit. Les humains réapprovisionnent également les étagères, aident à placer les produits et sont employés comme chefs cuisiniers d’aliments frais. Cependant, la majorité des données recueillies par les caméras est analysée de la même manière que l’Amazon Echo reconnaît les voix humaines, dans de grands centres de données de l’entreprise.

L’entreprise dit aussi qu’elle utilise la « fusion de capteurs » pendant le processus d’achat. Il est probable que ces systèmes impliquent la combinaison de données provenant de nombreux capteurs, y compris des capteurs de poids dans les étagères pour suivre les produits individuels.

Amazon n’a pas encore annoncé ses plans pour le magasin Go à plus long terme. Bien qu’Amazon dise qu’il n’y aura pas de nouveaux magasins physiques dans le futur proche, il est peu probable que l’entreprise ait passé cinq ans à développer un système complexe pour finalement ne l’utiliser que dans un seul magasin. Et une expansion mondiale peut être en vue : en 2017, Amazon a enregistré des marques déposées Go au Royaume-Uni.